Le 23 janvier dernier, les directeurs des six agences exécutives (CHAFEA, EACEA, EASME, ERCEA, INEA, REA) et les syndicats représentatifs à la Commission européenne ont signé un protocole d’accord sur les modalités de leur interaction mutuelle. Ce protocole a été élaboré en étroite collaboration avec les comités locaux du personnel des agences.

Par ce protocole, les directeurs reconnaissent que les syndicats sont des partenaires de discussion et qu’il existe un intérêt commun entre les agences et les syndicats au profit du personnel. Le Mémorandum renforce le dialogue social dans les agences exécutives et le lie au dialogue social au niveau de la Commission où les règles générales sont établies. Si les agences exécutives ne souhaitent pas adopter les règles de la Commission par analogie, les directeurs en informeront les syndicats. Par le présent mémorandum, les directeurs reconnaissent également que les membres de leur personnel participent à des activités syndicales.

Le Mémorandum envisage la préparation d’un accord-cadre dans les deux prochaines années.

C’est un important pas en avant compte tenu de la situation actuelle. Pouvez-vous imaginer que, jusqu’il y a quelques années, les directeurs des agences exécutives n’étaient même pas disposés à rencontrer les six comités du personnel dans le cadre d’une réunion commune ? Désormais, une réunion se tiendra deux fois par an en même temps – les directeurs, les membres du comité du personnel et les représentants syndicaux – pour le bénéfice de tous les collègues des agences.