BCE : Mobilisation contre les emplois précaires 

Le personnel et les syndicats de la BCE appellent à une Europe démocratique et solidaire – Pas d’externalisation  !

*L’externalisation des systèmes informatiques vitaux comporte des risques, avec la possibilité de perdre le contrôle de données et de systèmes essentiels (nous faisons référence au récent chaos dans le trafic aérien).
*La conception d’une gouvernance pauvre avec une participation minimale des représentants du personnel conduit à des processus de décision et des décisions indignes de la tradition démocratique européenne et est irrespectueuse de la dignité du personnel

Le 7 juin 2017, à 13 heures, l’IPSO, l’Organisation internationale et européenne des services publics, ainsi que la DGB, la fédération syndicale allemande, et les fédérations syndicales européennes USF et FSESP ont appelé à une action de solidarité en faveur du personnel informatique et du personnel intérimaire de la BCE. L’objectif de l’action est de mettre fin à l’externalisation des services informatiques à la BCE et de dénoncer le manque de respect de la BCE pour les droits de participation du personnel. La manifestation aura lieu à proximité de la BCE à Francfort, sur la Paul-Arnsberg-Platz. 200 participants ou plus sont attendus par les organisateurs.

L’IPSO déplore que la BCE utilise depuis de nombreuses années du personnel temporaire pour des travaux permanents. De nombreux collègues travaillent pour la BCE depuis plus de 5 ans et pas peu depuis plus de 10 ans dans des conditions pires, pires que celles de leurs collègues de la BCE. Ils sont soumis à une pression permanente pour perdre leur emploi. Beaucoup viennent d’Europe du Sud et de l’Est.

La nouvelle loi sur le travail intérimaire (AÜG) rend ce modèle irréalisable. Il est maintenant prévu d’externaliser le travail qui touche également le personnel de la BCE dont le contenu des emplois sera modifié – de l’informatique spécialisée à la gestion des contrats ou à d’autres travaux. Les emplois de plus de 120 collègues intérimaires du département informatique de la BCE sont menacés. La BCE n’a jamais consulté les représentants du personnel avant toute affectation de travailleurs intérimaires – comme l’exige la loi. Johannes Priesemann, président de l’IPSO, observe : “La BCE n’applique la loi allemande que partiellement. Le “Comité du personnel” de la BCE ne peut même pas faire appel devant les tribunaux allemands ou européens contre ce non-respect des droits de participation. Il est inacceptable que les longs états de service du personnel de la BCE et de ses collègues des agences se terminent maintenant par une externalisation risquée et coûteuse”.

Les syndicats s’inquiètent du fait que cela signifie une pression supplémentaire sur les salaires, une insécurité permanente de l’emploi, une qualité de service potentiellement moins bonne, un coût plus élevé et des risques plus importants pour les données très sensibles de la BCE en matière de contrôle bancaire et de politique monétaire. C’est pourquoi, à la BCE, la mobilisation du personnel et des syndicats contre les emplois précaires s’est mise en place très rapidement.

Des politiciens de Francfort (le maire Peter Feldmann), de Hesse (Janine Wissler, leader de die LINKE) et du Parlement européen (Fabio de Masi, Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique) ainsi que des syndicalistes devraient s’exprimer pour soutenir les revendications de l’IPSO visant à mettre fin à l’externalisation et à offrir aux collègues concernés un travail à la BCE.

L’IPSO soulèvera également son affirmation selon laquelle le projet de loi allemand sur le travail intérimaire n’est pas conforme à la directive européenne sur le travail intérimaire. La proposition d’autoriser l’affectation de travailleurs intérimaires à des tâches permanentes sur une base renouvelable pour des missions de 9 mois avec une rémunération inégale enfreint la directive et le principe de droit européen selon lequel les contrats de travail à durée indéterminée sont la norme européenne. L’IPSO appelle à une Europe où règnent la solidarité et le respect de la démocratie au sein de la BCE et des institutions européennes.

Cette action vise à soutenir l’IPSO dans ses discussions avec la BCE pour remédier à cette situation.

Si vous désirez plus d’informations ou planifier une interview, veuillez appeler :
Johannes Priesemann (Président) – +49 69 13 44 74 38, johannes.priesemann@ecb.europa.eu
Carlos Bowles (Relations presse) – +49 157 86 84 96 03, carlos.bowles@ecb.europa.eu

L’IPSO, l’Organisation internationale et européenne des services publics, représente tous ceux qui travaillent à la Banque centrale européenne (BCE). IPSO défend non seulement les droits des collègues de la BCE directement employés, mais aussi ceux des personnes sous contrat précaire ou en mission de travail temporaire.

IPSO sur internet : www.ipso.de

 IPSO est le seul syndicat reconnu à la BCE.

Plus d’informations ici : http://www.sueddeutsche.de/wirtschaft/europaeische-zentralbank-krach-in-frankfurt-1.3534211?reduced=true