Soutien à une convention de l’Organisation Internationale du Travail condamnant la violence sexiste sur le lieu de travail : stop à la violence sexiste !

Joignez-vous à l’appel à l’action locale et mondiale du 14 février au 8 mars 2018 pour convaincre les gouvernements de soutenir une Convention et une Recommandation de l’OIT sur la «violence et le harcèlement contre les femmes et les hommes dans le monde du travail. Extrait de l’article de Veronica Montufar :

Le mouvement #MeToo a rappelé dans le monde entier que le harcèlement et les agressions sexuelles font partie de la vie professionnelle de la plupart des femmes. Mais ce coup de projecteur venu d’Hollywood ne doit pas nous faire oublier qu’elles souffrent de bien d’autres formes de violence sur leur lieu de travail.

Agressions sexuelles, insultes, humiliations, discriminations, mais aussi ordres contradictoires ou isolement du reste des équipes : en France, leur nombre a pratiquement doublé en six ans, comme l’a récemment révélé l’Observatoire national de la délinquance et de la répression pénale (ONDRP). Une situation d’autant plus douloureuse que beaucoup de femmes préfèrent ne pas dénoncer leurs agresseurs, ne sachant pas vers qui se tourner ou par peur de perdre leur emploi.

Même si les hommes peuvent aussi être victimes de violence et de harcèlement au travail, « il y a une vraie spécificité pour les femmes », insiste l’ONDRP, du fait des stéréotypes et de l’inégalité dans les relations de pouvoir. Et pour beaucoup de femmes, le calvaire se poursuit en rentrant à la maison, où elles seront devront faire face à la violence de leur conjoint. Selon ONU Femmes, 35 % des femmes dans le monde ont subi des violences physiques et/ou sexuelles à un moment ou à un autre de leur vie.

Pour lire la suite de l’article, c’est par ici.