Qui veut encore travailler pour l’UE?

le Rapport n° 15/2019 de la Cour des comptes européenne analyse la mise en oeuvre, à la Commission, de la réforme du statut de 2014 et des mesures y afférentes. Verdict ? Des économies substantielles, mais non sans conséquences pour le personnel. En effet, ces mesures ont entraîné une réduction de 5 % des postes, un relèvement de l’âge de la retraite de 63 à 66 ans et un gel temporaire des retraites et des salaires. Si elles ont permis de réaliser d’importantes économies, elles ont aussi eu des répercussions négatives sur l’attractivité de l’Union en tant qu’employeur.